dans la boite aux lettre un courrier de refus pour une participation à un festival que n'avons pas sollicitée...

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

INSEKT.jpgEn revenant de Marles-les-Mines, je trouve dans la boîte mail de la Compagnie, cette réponse du Festival Eclat à Aurillac pour une sollicitation que nous n'avons pas faîte. Lisant ce courrier, je me demande combien, sur les 700 compagnies annoncées dans le courrier, sollicitent réellement Aurillac et si, comme nous nombre d'entre elles reçoivent un refus à une demande qu'elles n'auraient pas formulées. Mais ce courrier, électronique est peut-être une erreur. Une erreur qui, même supposant qu'elle soit exception, m'amène questions et réflexions que je vous livre ici, brutes de décoffrage.
Certes, le monde de la culture a besoin, face aux financeur public emplis des doutes sur le bien fondé de l'action culturelle, de légitimer son action par des chiffres ; chiffres, ceux de spectateurs qui fréquentent les évènements ; chiffres, ceux de compagnies qui voudraient participer à tel ou tel autre évènement; chiffres, le nombre de bières consommées ; chiffres, les nuitées d'hôtel induites...
Pour nous, Cie Les Mille et une Vies, Théâtre de Marionnettes itinérant, nous ne sollicitons que peu les partenaires culturels traditionnels parce que nous avons compris, avec le temps que notre autonomie nous permettait d'amener notre théâtre de marionnettes itinérant là ou peu se déplacent, là où la culture n'est pas encore arrivée, pas tout à fait, là où des expériences singulières peuvent être entreprises, loin des batailles, près du public... culture du monde de l'au plus près... A mon arrivée dans le Nord et pendant plusieurs années, en parallèle de notre implication sur les territoires éloignés je continuais, habitué-formaté par les réseaux culturels de rencontrer des organisateurs, des directeurs d'équipement pour leur présenter notre travail et les amener à imaginer collaborations... Avec le temps, au vue de resultats si peu concluants de ces rencontres, après de nombreuses promesses non tenues, après le malheureux constat d'une absence d'intérêt mutuel, nous avons réduit notre implication auprès des ces potentiels partenaires là... Bien sûr nous continuons à les tenir informés... mais nous n'attendons pas d'eux , nous construisons sur les territoires avec le public, avec de nouveaux partenaires, avec quelques anciens aussi engagés dans cette démarche et nous avons, avec le temps, commencé de tisser des réseaux forts construits sur la reconnaissance mutuelle des parcours et des choix ; des regards justes...
Encore une fois, embarqué, mes mots m'éloignent du sujet initial alors, je vous livre ce "courrier de refus" tel qu'il m'est parvenu... il me faudra ensuite, faire une réponse en forme de remerciement à ce "fameux festival"; avoir refusé ce que nous n'avons pas pris le temps de lui proposer, nous fait gagner du temps et à notre époque, le temps....

 
 
 
Aurillac, le 18 mai 2007
 
 
Chers amis,
 
Nous répondons aujourd’hui à votre souhait de participer en tant que compagnie officielle à cette 22ème édition du festival international de théâtre de rue d’Aurillac, qui se tiendra du 22 au 25 août 2007.
 
Nous recevons chaque année plus de 700 candidatures, c’est très bon signe concernant la vivacité de la création dans notre secteur du théâtre de rue. Notre mission ne nous permet malheureusement pas de suivre toutes les propositions, et malgré tout l’intérêt que représentent vos projets, nous n’avons pas retenu votre candidature.
Nous resterons attentifs à votre parcours artistique, aussi pourriez-vous continuer à nous tenir informés de vos dates et lieux de tournée ainsi que votre actualité de création.
 
Nous serions cependant heureux de votre présence durant le festival qui développera comme chaque année les espaces et les temps nécessaires aux rencontres professionnelles (conversations d’été, présentations de projets, rendez-vous des compagnies de passage…).
Si vous désirez vous y rendre, sachez que le festival est à votre disposition pour préparer dans la mesure de ses moyens votre séjour (accueil professionnel à partir du 15 juin : 04 71 43 43 82).
 
Afin de mieux appréhender ce que représente le festival d’Aurillac pour nous tous, nous souhaitons rappeler les principes fondateurs de notre univers « théâtre de rue » : la liberté d’expression dans les espaces publics pour tous. C’est elle qui nous a poussé aujourd’hui à affirmer clairement ce qu’est devenu notre festival, une « foire artistique contemporaine », espace unique d’inventivité, de rencontre, d’échange et de promotion.
Nous souhaitons protéger cette particularité d’Aurillac que la profession a su forger au fur et à mesure.
La ville d’Aurillac et sa Communauté l’ont rappelé à maintes reprises : « Aurillac ville ouverte au théâtre de rue !» accueille et se met au service de la création artistique durant ces quatre jours de foire.
L’état et le Ministère de la Culture, la région Auvergne et le département du Cantal souscrivent à cette aventure : l’édification d’un monument vivant, « patrimoine culturel international » dédié au théâtre de rue.
Alors, si le cœur vous en dit, nous vous convions à nous rejoindre sur « les préalables » et les temps du festival, lors des rencontres professionnelles qui ponctueront la programmation, nous prendrons le temps du plaisir de l’échange et de la rencontre sur les sujets qui nous animent.
 
En vous souhaitant de réussir dans vos démarches,
 
 
 
 
 
 
Bien à vous,

Jean-Marie Songy
Directeur Artistique
Caroline Garbe
Secrétariat - Accueil
T : 04 71 43 43 70
F : 04 71 43 43 71

 

Commenter cet article