angoisse de la comédienne avant la représentation, du marionnettiste avant la chute

Publié le par Dorothée Saint-Maxent

2seullille0001.jpgDemain, première confrontation au public de La Chambre (de Zette) dans sa forme de jardin... L'angoisse monte... Je suis encore pleine de doutes même si les différentes rencontres nous ont laissées supposer que nous sommes sur la bonne voie... Avec ma formation de comédienne, me voilà ici marionnettiste ! Je préfère dire apprenti-marionnettiste ! Et si depuis 2002, année où j'ai intégré la Cie Les Mille et une Vies, Fabrice me forme petit à petit au théâtre de marionnettes tel qu'il le pratique, quoi qu'il en soit c'est quand même le premier spectacle où je manipule plus que je ne joue...  Au fil des répétitions, j'ai découvert toutes ces particularités qui composent le théâtre de marionnettes et aujourd'hui, le cerveau plein d'information, je me demande... Tiendrais-je la hauteur de l'objet sur la durée ? Tiendrais-je la voix de Zette sur la durée ? Lui donnerais-je la bonne dynamique, les bons caractères, les bonnes modulations ?... Trouverais-je la spontanéité nécessaire face au public ?.. Autant de questions qui participent à la montée de l'angoisse mais qui me portent aussi dans le travail... Cette dernière semaine n'a pas été facile certes mais qui a dit que la création était chose simple ? Je suis assez impatiente de cette première avant-première...  L'envie est forte de connaître les premières réactions des premiers spectateurs; savoir ce qui leur apparaît juste , ce qui les convainc moins, quelles scènes les amusent, quelles autres les émeuvent... Et pouvoir ensuite retravailler,avancer, nourrie de leur regard... Mais je brûle les étapes avec mon impatience ! Aujourd'hui, en ce dimanche 10 juin, il nous faut d'abord aller voter puis prendre la route, direction Marles-les-Mines, retrouver le castelet et les poupées pour quelques heures de travail... Il me faudra enfin tenter d'aborder la nuit sereinement... Demain est un autre jour...

Commenter cet article