les mots venus de la route doivent être courts

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

BOUCHAIN.jpgLa tournée a démarré, le silence s'est installé, la course a pris le dessus... Les mots,  pour ne pas rompre le fil, venus de là, doivent être courts. Pas d'autre moyen, pas d'autre chance de rédiger mon journal. De ville en ville, des visages souriants, enfants et parents, grand-parents aussi, remerciements chalereux après le spectacle. Samedi soir, avant le démarrage, nous avons eu peur. G. dont je parlais dans un article précédent ne s'est pas présenté pour signer son contrat et charger le camion, il a donc fallu, à la dernière minute, trouver la force de réorganiser...Nous y sommes parvenu et la peur a disparu pour laisser place aux montages, démontages représentations qui se succèdent.
Les mots venus du silence et de la route. Paysage qui défilent, pluie qui tombe, l'été n'est pas là, la tournée d'été  a commencé dans les salles, et autres lieux de repli. Se finira-t-elle de même ? Dimanche à Bouchain, sous le chapiteau, pour la deuxième représentation, l'effervessence était à son comble. Le chapiteau était comble. Moiteur et bonhommie, tous les âges se rencontraient, des rires fusaient, la voix de "pépé"  intervenait avec régularité ; nous étions installé dans le Parc de la Maison de Retraite. "Pépé" était venu à la ^première représentation, il est revenu à le deuxième, seul, heureux, redevenu enfant et quand il m'a serré chaleureusement la main j'ai vu que ses yeux émus étaient pleins de larmes.
Oisy lundi, accueilli par Monsieur le Maire, dans la salle des fêtes devenue, le temps du spectacle, un théâtre de marionnettes itinérant, après le spectacle, nous avons pris le temps de  boire une bière.  Bonheur du public, parents et enfants encore une fois. Public attentif, participant aussi. Ce théâtre là, quel plaisir, j'vous dis. A chaque fois, Germain en sort plus grand dans sa petitesse.  Hier encore accueillis par Monsieur le Maire à Flines-les-Mortangnes ; du balcon de la petite Mairie, la sono annonçait le spectacle. La représentation, de l'intérieur me semblait plus laborieuse, à la fin, même sourires, mêmes remerciements chaleureux... Aujourd'hui nous serons à  Milonfosse...

Commenter cet article