mots étranges et temps brouillons, je me répète

Publié le par Fabrice levy-hadida

compoAtelier0007.jpgMots étranges et temps brouillons, nous n'avons pu monter à l'extérieur le théâtre de marionnettes itinérant cet été. Le temps se dérègle, ici l'été là l'hiver. Montages et perspectives, mes yeux se posent sur le clavier l'esprit est blanc. Promenades intérieures et peurs. Que serons nous demain ? Promenades intérieures et joies. Que de rires et remerciements déjà. Trois jours, encore trois jours et nous basculons...
Le vent nous emporte. Le soleil s'est absenté...
Il me faudra revenir à l'écriture quotidienne. La fatigue m'en avait empêché mais continuer serait laisser s'engourdir l'esprit... Il me faudra revenir. Prendre le temps de l'éloignement dedans aussi. Il me faudra arrêter de tenir cette chronique.
Je le disais au début, mots étranges et temps brouillons l'été n'a pas commencé. Depuis le début de l'année et avant encore nous courrons, sans reprendre notre souffle ce qui peut-être explique, mots étranges et temps brouillons...
Je ferme les yeux, derrière les paupières closes  un enfant et son regard illuminé ;  j'ouvre les yeux, la  route file devant... Ici un jour, là un autre, la mémoire enregistre mal les lieux, les sites et situations....je  finis, il est temps de partir, mots étranges, temps brouillons, je me répète...

Publié dans Autre inclassable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article