il y des jours....

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

PIC-0405.JPGDeux jours et ça reprend, puis ça finit. Fatigue, le corps cassé, les reins courbés et pas le temps de mettre en pause. Une pause de représentation aujourd'hui et hier mais l'esprit vaque, les mots s'enchaînent, de retard en retard à rattraper, je gagne le ciel. Quelques mots, un signe ici, pour dire, encore vivant. C'est la  dernière semaine de l'été qui commence, d'ou vient l'inquiétude ? Cela devrait être la joie dans la course folle et pourtant....
La semaine prochaine, les dernières dates,  dernières représentations, dernières actions de cette tournée d'été chargée.  L'esprit se braque, les mots ne viennent plus, toujours les mêmes...
Les représentations de la semaine dernière m'ont chamboulé. A certains moments, je me suis demandé, pourquoi je prends ces risques ? Plus exactement la représentation de mercredi m'a chamboulé... Ce nouveau spectacle, tout jeune, pourquoi je le jette dans l'arène de l'extérieur, pour un public majoritairement peu habitué à fréquenter les lieux de spectacles, à assister à des spectacles vivants. En général la réponse est dans le regard du public mais il y a des fois...
PIC-0400.JPGCe mercredi à Bruay, une fois les enfants installés, les parents, comme s'ils les avaient posés dans un fauteuil face à un écran et une cassette, les parents se mettent à causer, sans même s'éloigner et nous, sans filet, sans équipe qui nous protège à l'extérieur pendant qu'on joue, vivant,  se prenant ça dans le ventre, pourquoi on fait ça ? Sans filet, la tension est montée d'un cran. Mercredi à Bruay la Bussière, la représentation était difficile, des spectateurs très nombreux sous un préau, des parents qui accompagnaient des enfants et qui voyaient dans le moment l'occasion d'échanger avec d'autres parents qu'ils n'avaient pas l'habitude de voir.  Pendant le spectacle, sans même s'éloigner... Et lorsque nous sortons de derrière les rideaux, la majorité des chaises se sont vidées, seuls quelques parents sont restés pour nous remercier et qui en profitent pour nous expliquer ce qui s'est passé, que nous n'avons pas vu, que nous avons entendu, que nous avons senti et qui par moment a failli me faire arrêter le spectacle en cours...
Mais voila, ce n'est pas à chaque fois comme mercredi à Bruay ; cette représentation là était plutôt une exception mais quand la fatigue est là, l'esprit se cramponne sur les mauvaises choses, plus facilement. Je devrais raconter mardi et vendredi à Béthune ; je devrais raconter samedi à Hersin Coupigny et voilà, l'esprit m'a amené à parler de celle de Bruay.... Alors, je reprends le dessus et je parle de samedi, samedi à Hersin... Un samedi étonnant dans le Parc des Etangs, un magnifique site, une météo clémente et un public particulièrement attentif... Un public étonnant, sur les bancs plus d'adultes que d'enfants, un public en or...qui a ri, souri, profité du moment et avec lequel nous avons longuement échangé après la représentation, qui nous a aidé à démonter et avec lequel nous avons bu des bières, ri encore et encore jusqu'au moment du départ, se promettant qu'on se reverrait, qu'il viendrait nous voir, à Marles pour la cloture, une semaine qui se finissait très bien, en somme...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article