j'ai acheté un nouveau cahier à spirale

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

Flines20006.JPGOn va repartir sur la route, les mots vont se réduire... après un été qui n'a pas ressemblé à l'été, l'hiver va arriver. Déjà nous serons noël et in nous faudra courir de ville en ville pour donner à voir La chambre (de Zette). Aujourd'hui j'ai acheté un nouveau stylo, un nouveau tampon et un cahier à spirale.
Je profite, encore quelques jours et le temps ne sera plus le même, plus le temps de "panser" les mots...Un monstre sommeille. Celui la, lorsqu'il se réveillera il faudra que je déguerpisse, que je trace. Vite et sans me retourner, que je le sème. ou que tout au mois je tente de le semer... C'est étonnant, nous avançons sur la finalisation de La chambre (de Zette)  et déjà on passe à la suite.  C'est peut-être parce que je sais qu'après son entrée dans notre répertoire il ne restera à ce 3ème spectacle tournant dans notre Théâtre de marionnettes itinérant,  qu'à se construire dans la représentation, dans son rapport au public... une deuxième recherche/vie en somme.
Oui, déjà mon esprit se remplit. La prochaine création de la Compagnie m'habite déjà,  Je pense au monstre, l'autre nous même, celui qui nous habite, celui qui nous fait face, celui que nous sommes. Ce monstre là, si différent et si proche sera le thème de du quatrième spectacle de la Cie Les Mille et une Vies. Mon "Golem" à mettre en vie ; cette thématique avec des marionnettes et des hommes, vous imaginez peut-être toutes les images qu'elle peut déclencher...  A partir de là...
Mais pourquoi parler de la quatrième création alors que nous sommes encore dans La chambre (de Zette). Au quotidien le sentiment que la peur prend le pas, qu'elle dépasse et submerge, qu'elle envahit nos écrans, nos esprits. Cette peur la, il faut la défaire, la (dé)construire. Il faut apprivoiser le monstre. Continuer, je vais continuer.  Tous les jours je voudrais écrire la peur, pas la mienne...
Et puis aussi, pour la Compagnie, des choix cruciaux vont arriver ; même si nous acceptons aujourd'hui le principe de la course, il nous faudra, à un moment ou un autre, décider à quel endroit nous voulons l'arrêter. Je ne veux pas que nous devenions une structure errante, vorace et insensée qui agit au gré de son appétit insatiable ; je ne veux pas que nous avancions dans le noir ; nous prendrons donc le temps, d'imaginer ce que nous voulons être.
Aujourd'hui j'ai acheté un nouveau cahier à spirale...
Jour après jour je vais tracer les mots de l'avenir, pensées et création, lutte acharnée, je n'ai pas peur, je n'ai pas peur, je n'ai pas peur, je n'ai pas peur....

PS : je le rappelle à ceux qui seraient dans le Pas-de-Calais et qui voudraient voir  La chambre (de Zette) -forme de jardin- nous donnons quatre représentations sous chapiteau (je n'ai pas peur de la pluie) les 23 et 24 septembre prochain. Samedi et dimanche à 15h30 et 17h30, Parc de la Fossette à Barlin, entrée libre sous réserve de place disponibles...

Commenter cet article