Le dernier spectacle des grizbatoruc par le Théâtre de Karlovieztlav

Publié le par Cie Les Mille et Une Vies - Théâtre de Marionnettes Itinérant

Plongé dans l'écriture du nouveau spectacle, Le dernier spectacle des grizbatoruc par le Théâtre de Marionnettes Moderne de Karlovieztlav / Une famille de Marionnettes (Titre provisoire), je n'ai pas dérogé à certaines de mes règles intérieures. Il me fallait d'abord imaginer le lieu. Ce n'est qu'une fois posé ce premier morceau de cadre , la page grisée, que les premiers mots sont venus. La dispute est apparue comme un point de départ idéal. Y repensant, ce n'est pas différent de ce que j'ai fait précédemment. Oui, la dispute pour commencer l'histoire, cela pourrait être une autre de mes règles. La dispute, dans  Les Aventures de Germain Lenain, né dans l'oralité c'est ainsi que ça commence aussi. Dispute encore, dans Seul(s), de la même manière, la voix du fantôme ne cessait de reprendre l'être. Dispute, plus dernièrement, écrivant La chambre (de Zette), c'est entre mère et fille que je l'avais fait naître. Oui, le conflit est à la base de mon petit monde de poupées. Humaines, tellement humaines qu'elles savent se battre avant tout autre chose.
Dans me règles, il est aussi écrit que le bureau doit être propre ; malgré cela, cette règle là, je n'ai pas su l'appliquer et j'ai du accepter les cendres et autres saletés que mon humeur m'imposait.
Mot après mot, le combat a vu le jour. Entre deux frères, comme celui biblique qui opposa Abel et Caïn, mes deux personnages, Viteï et Youri Grizbatoruc se chamaillent. et quand ils en arrivent aux mains, c'est loin des yeux du spectateur. Si l'oeil ne voit pas, l'oreille saisit ; de la coulisse tout s'entend. ...mais comme ils étaient dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua...
Vendredi soir, quittant le bureau, nous avons croisés sur la route un matelas de mousse abandonné. Cette matière première inestimable était trop grande pour le coffre de la voiture ;  je m'empressai de sortir un couteau pour réduire le bloc aux dimensions qui me convenaient. Pendant cette opération, à plusieurs reprises, mon regard à croisé celui de conducteurs, hommes et femmes dans lesquels j'ai cru lire des mots attachés en phrase il y en a des dingues... Mais, c'était en moi que la phrase fleurissait.
Queue de Pie et chapeau haut de forme, mes personnages, montreurs de marionnettes et autres objets sont violents et démodés. Ce qui m'amène à me demander si je ne le suis pas autant qu'eux... Oui, je dois être comme mes personnages de mousse.
Mousse sculptée, quel mot pour te dire ?  Marionnette...
Pour La Cie Les Mille et une Vies, Journal d'une création, Fabrice Levy-Hadida

Commenter cet article