Des Marionnettes et des hommes

Publié le par Cie Les Mille et une Vies, Fabrice

Depuis le démarrage de cette action les liens que nous entretenons avec les détenus se renforcent ; de jour en jour, je les sens plus impliqués, plus touchés, plus amusés par le pouvoir des poupées. Oubliant l'incarcération, le temps de l'intervention, ils découvrent un univers qu'ils ne connaissaient pas.

Nos relations avec le personnel du SPIP, sont bonnes, ils nous accompagnents nous soutiennent.

Par ailleurs, si je me sens proche du personnel du SPIP, je me suis senti étonnement proche de certains surveillants avec lesquels, cela a été plus facile de travailler.... Tout est question de personnalité....

Mais en général, Pour ce qui est des relations entretenues avec le personnel de surveillance, il me semble que la méfiance est souvent de mise (dans le pire des cas) et qu'au minimum c'est l'indifférence accompagnée d'absence de curiosité face à l'activité que nous mettons en place.

Et malgré des relations très agréables et humaines avec certains des surveillants, l'absence de confiance semble être toujours là. Essayant d'ouvrir le dialogue, je fais des efforts. Toujours essayant de ne pas céder à l'impatience lorsque nous attendons et qu'au final nous commençons les activités toujours en retard.

C'est parfois difficile de voir autant de mauvaise volonté....

Ce n'est bien entendu pas l'ensemble du personnel de surveillance qui est contre ces interventions mais....

Il semblerait que pour certains surveillants, comme nous intervenons auprès des détenus et, que nous entretenons avec eux un rapport humain privilégié (sans lequel notre action ne vaudrait rien)  nous devenions naturellement leur ennemi....

Le monde de la détention est bien étrange ; prison fermée dans  laquelle plus qu'ailleurs la place de l'homme et de sa volonté est centrale pour que des projets, d'abord voient le jour puis, avec le temps, s'épanouissent. Dans la prison, peut-être plus qu'à l'éxtérieur, la volonté de certains fait ; dans la prison, peut-être plus qu'à l'éxtérieur, l'absence de volonté défait.

Commenter cet article