Les marionnettes à Sequedin

Publié le par Cie Les Mille et Une Vies, Fabrice

Voilà, ça a commencé à La Maison d'Arrêt de Sequedin. Lundi dernier c'était la représentation mais là, c'est différent, les ateliers, c'est plus intime, plus de choses sont échangées avec les inscrits.

Pour commencer, je dois dire que le rapport à cet établissement est complétement différent de celui de Loos. Tout est plus éloigné, plus séparé, on se sent plus petit, je me sens observé, tout est plus électrique, caméra et coursive, grillage et écran de contrôle...

Qui, derrière l'écran impose à sa main d'ouvrir la grille derrière laquelle j'attend après avoir appuyé sur le bouton "appel" ? Qui ? Est-ce lui ? Est-ce lui ? Attendre, ne pas s'impatienter, attendre pour enfin profiter de l'échange autour de la marionnnette.

8h30 quartier femme. Problème de liste, des noms en gras, d'autres pas, finalement il y aura seulement 6 participantes à cette première séance. Sur les 8 places disponibles, c'est plutôt bien...

La séance démarre par une présentation de l'atelier, mes motivations et les objectifs que je propose au groupe d'atteindre. Ensuite vient le temps de la présentation de chacune. Morceau de vie, étrange poème qui défile, mots violents et situations absurdes. De 25 ans environ à la cinquantaine, des êtres humains exclues qui là, pendant 2h30 retrouveront une liberté de parole et de rire...

Nous avons continué la séance par quelques bases simples de manipulation. La bouche et son articulation, le phasage parole-mouvement... Nous avons fini par des improvisations, d'abord soliste puis en duo.

 

L'après-midi au batiment B (Les hommes), ils n'étaient que 2.... Problème de liste ? j'appelerai le SPIP dans la semaine pour vérifier que cela ne sera pas le cas la semaine prochaine... Après un temps de présentation nous avons d'abord, comme le matin, travaillé sur les bases de mouvements et après Une série d'improvisation, nous avons décidé de nourrir la reflexion sur la marionnette outil de satire sociale par la lecture de 2 textes "Polichinel Precepteur" de DURANTY et "Le bourricot" de GRIPARI...

Le théâtre de marionnette est sans moral. La séance s'est terminé sur la morale humaine et l'absence de morale de la justice humaine. S. et L. devraient à nouveau être là lundi prochain, noyau d'un groupe à construire....

Je sors de cette journée erreinté, fatigué. Cette Maison d'arrêt est très bruyante, ses souffleries de renouvellement d'air vous poursuivent partout, même à l'extérieur... J'écrirais plus tard, peut-être, sur cette nouvelle éxpérience qu'il me faut du temps pour digérer....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article