Cie Les Mille et une Vies. Les Marionnettes, en prison c'est bientôt Fini.

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

Voilà, les marionnettes et l'exploration marionnettique à la Maison d'arrêt de Loos se finissent ; la semaine prochaine cela sera du passé... Depuis la semaine dernière, avec tous les "apprentis" , tout au moins les cinq qui restent (plusieurs ont bénéficié d'aménagement de peine) la relation est plus forte ; la fin approche et nous somme tous pleins de cet "et après ?" . Pour eux, certainement, envisagent-ils le retour à l'habitude avec plus d'appréhension encore...

J'ai le sentiment que séance après séance, ils profitent de ce que les marionnettes peuvent dire et aspirent à grosse goulée l'air de liberté que celles-ci leur amènent. Leurs peines auront une fin, ils le savent, je le sais, mais souvent dans la nuit de leurs cellules,  le temps s'étire et semble se figer....

C'est quoi une seconde  exactement ? C'est quoi un jour ? Un mois ? Un an ?

Alors au cours des séances de réalisations, les personnages, habillent leurs vêtements de liberté, de détention et se parent des mots les plus crus pour qu'un instant, un instant seulement, parlant de la prison, ils ne soient plus en prison....

Jeudi les mots étaient beaux ; nous ne sommes plus dans un théâtre de poupée qui fait rire ; ce sont des masques antiques et ils crient ; la solitude, la peur, les démons qui habitent l'homme sont là....

Tous les mots dits semblent être les derniers, ils se répètent, ils se cherchent, lassent et lassant grandissent.

S. me disait : je parle de moi, mais ce n'est pas moi....

A. me disait : ne pensons pas après, après c'est  pas le problème ; le problème maintenant c'est qu'est-ce qu'on leur fait dire à nos poupées ; parce que dans le cadre elles sont belles, cest du cinéma mais, si en plus

elle peuvent dire des choses belles, alors, c 'est de l'art....

Alors pendant les séances, on cadre, puis on filme, on fait du rush et pour le spectacle ? Et bien il n'y aura pas de spectacle, cela sera une émission filmée que plus de gens pourrons voir et on prend tout le temps pour ça.

Et le "après" de La Cie Les Mille et une Vies en prison, on verra quand il sera là.... Mon sentiment sur le "et après" n'est pas évident ; un mélange étonnant d'envie, de constat d'impuissance, d'instrumentalisation, un manque de considération sur ces actions de la part d'une partie du personnel de surveillance...

Ecrivant ces mots, sur le "et après?" je sais que construire une suite sera très difficile, mon regard n'est plus le même et plein de doutes et constats je ne sais pas si je pourrais encore demain construire des projets comme hier je l'ai fait...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article