arbrisseau, la nuit tombe

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

Dans la salle dans laquelle nous travaillons, quelques cris nous parviennent. Cris de vies réunies derrière les fenêtres dans un quartier en reconstruction. Le malheur, l'hiver, le calme relatif dans le quartier. Les poubelles sont plus rarement ramassées ici qu'au centre-ville. Les boites à lettres, saccagées dans les entrées d'immeubles sont rarement remplacées. Lorsque nous sommes arrivés, il n'y avait pas de boite à lettres devant notre local, il a fallu que nous nous "battions" pour en obtenir une de notre bailleur qui nous disait qu'elle serait aussitôt détruite. Nous lui avons répondu qu'alors il en ferait reposer une autre. La réalité nous a tous fait mentir, la boite à lettres est toujours là et, nous avons même, il y a six mois fêté sa première année....
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article