des bouts de ficelle pour tous moyens...

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

Nous avons commencé à travailler sur notre nouvelle création, La chambre (de Zette). Nous travaillons avec rien, avec des bouts de ficelles, des objets recyclés. Sans aide à la création de partenaires institutionnels nous nous dirigeons vers la sortie d'une première étape "sans le sou".  Je ne sais pas au fond si cela me dérange. De travailler ainsi, de vivre beaucoup plus des fruits de mon travail que de subventions de fonctionnement. Il est vrai que la création n'est pas un des aspects les plus rentable de mon métier et que la financer, comme financer la recherche est difficile.

Cette première étape sera donc créée en auto-production, avec notre volonté et les moyens dégagés par la diffusion de nos spectacles, par les actions de sensibilisation. Et je sais que si la création de cette première forme  nous fragilisera un peu plus nous ne pouvons nous permettre d'en faire l'économie.
C'est vrai que ne pas sortir cette étape de création nous préserverait à court terme mais remettrait en question notre existence à moyen terme. En effet, que serait une compagnie qui ne crée pas ; quel regard auraient les villes, les salles et  autres partenaires qui diffusent nos spectacles et auxquels nous ne pourrions rien proposer de "neuf" ? Continueraient-ils à travailler avec nous ?

C'est pour cela que nous ne pouvons faire l'économie de la création. N'ayant pas obtenu d'aide à la production pour 2006, nous renouvellerons nos demandes en 2007 mais avant, en décembre nous proposerons déjà une première forme de "La chambre (de Zette)".

Aujourd'hui, le projet initial est remodelé par les conditions dans lesquels il est créé ; ces conditions, ce dénuement, cette pauvreté, il faut que je m'en serve pour  faire grandir le spectacle.
Je voulais créer une forme légère proche de "Les Aventures de Germain Lenain" ; je voulais créer un personnage féminin, pendant féminin de Germain, Zette. Je voulais que la forme légère l'emporte sur la débauche de moyens et qu'ainsi, le spectacle puisse être joué dans tous types de lieux, un deuxième spectacle tous terrains de jardins, de refectoires, de théâtres.

Et bien voilà, nous y sommes et si à quelquechose malheur sert c'est que dans la pauvreté cela nous sera difficile de créer une forme lourde et chère. Si nous arrivons à tenir notre pari, il faudra que le beau et le fond sortent grandis de cette épreuve. Cela nous le vérifierons au cours de la tournée de Noël du Théâtre de marionnettes itinérant.

PS : La tournée aura lieu du 15 au 24 décembre inclus (quelques dates sont encores disponibles), je mettrais le calendrier en ligne prochainement.

Commenter cet article