5 minutes pour la planète

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

quotidiendurable.comPrendre le temps, on a plus le temps, on cherche des mots, des secondes blanches et suspendues, qui font respirer les jours, les nuits. Le temps est froid, le thermomètre a perdu  plus de  10 degré. De la neige sur les toits en face, le matin, au réveil. Brusquement. l'hiver était clément il y a quelques jours, ce n'était pas l'hiver. Aujourd'hui c'est plus le cas, ça se casse ; la planète, la météo, les tempêtes pas dans un verre d'eau. L'autre soir, face au vent, j'ai vu comment la  ville réagit  ; les deux lignes de métro saturent, les gens paniquent, les pouvoirs publics aussi... Je marche contre le vent, mon fils a peur.
Les jours passent, nous préparons nos actions. Les semaines ne se ressemblent pas. Début février tout s'accélèrera encore. Dans le temps de la course, des courses.
Vite, vite, vite.
Lundi suivi de l'habituel mardi qui précède le mercredi avant le jeudi pour continuer vendredi avant que lâche le samedi et hop, c'est dimanche mais sans répit, vite lundi et recommence.
Des mots sans sens ? Insensés...
Dans la mémoire, les mots de Villon, tels que la mémoire les restitue : Frères humains qui après nous vivez n'ayez les coeurs contre nous endurcis, car si pitié de nous pauvres avez...
Tout de suite la question qui taraude : que de nous penserons les frères humains qui après nous vivrons ?
Pas de réponse, si rarement, toujours cette absence de réponse, avenir incertain, certaine incertitude. Le temps, le temps, le temps.... Nous construisons, et le vent emportera tout ; nous construisons pour peut-être voir un jour l'eau engloutir nos rêves ; cette incertitude nous empêche d'arrêter alors, follement nous faisons plus, pire, encore et parfois nous pouvons avoir des petits gestes alors, éteignez vos lumières....


d'autres infos sur cette action proposée par l'alliance pour la planète sur le site de
les amis de la terre ici

Publié dans Autre inclassable

Commenter cet article