une folle année

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

C'est une folle année qui a démarré ; je l'attendais avec patience depuis que j'ai lancé la Cie Les mille et une Vies et la voilà qui arrive : l'année de l'accomplissement.
Ensuite, après, on sera encore en développement mais, une fois ce palier passé, beaucoup de nos choix initiaux seront stabilisés.
Depuis le démarrage du Théâtre de Marionnettes Itinérant, on a choisi la permanence d'emploi et c'est pas tous les jours facile. On a choisi-favorisé le tous public au public habitué, celui du réseau. On a choisi de construire notre aventure sur des territoires éloignés des réseaux habituels. Depuis le démarrage de cette expérience on a le sentiment que c'est juste mais, on sait aussi qu'on  est  isolés et que l'isolement nous rend fragile.
Comment c'est arrivé ? Ce changement, cette année folle 2007, comment elle est arrivée ?
Depuis la création  de notre compagnie (fin 1998), on travaillait beaucoup dans les quartiers de Lille ; consacrant la majorité de notre temps à ces développements artistiques hors norme. On travaille à toucher des publics qui ne se déplacent pas vers les paquebots culturels (salut christian) avec notre Théâtre de Marionnettes Itinérant. Malgré l'évaluation positive, malgré la justesse de nos actions (dixit les techniciens), au fil du temps pas tranquille, on a compris que nous ne faisions pas partie des priorités de la Ville de Lille (en a-t-elle ?). Pire même, d'année en année, les financements de nos actions se sont réduit jusqu'à peau de chagrin en 2006. On a failli en mourir de ce désengagement brutal. On serait mort si on les avait laissé faire mais on voulait pas les laisser faire alors, on a pris le territoire régional à bras le corps, on est sorti des frontières des quartiers qui avaient besoin de nous et on est parti à la rencontre de Villes, d'agglomération, qui ont aussi besoin de nous mais qui en plus, en 2007 nous donnent les moyens de nos ambitions.
Oui, en 2007 Lille est derière nous ; nous y garderons nos bureaux, un atelier temporaire et les seules relations que nous entretiendrons avec cette ville seront de l'ordre de la prestation. C'est désolant pour les publics avec lesquels on travaillait mais on ne pouvait faire autrement. C'est désolant pour le quartier dans lequel on est posé mais que peut-on faire d'autre ?
Devant nous, les agglomérations de La Porte du Hainaut dans le Nord et Artois Comm. dans le Pas-de-Calais. Devant nous la Ville de Wingles, de Marles les Mines et un tissu de communes et petites villes avec lesquelles nous construisons un programme sensible de développement artistique. Création, diffusion et actions de sensibilisation. Devant nous, comme c'était le cas à Lille, des publics en difficultés au regard émerveillés. Devant nous, le tout public...
Depuis quelques jours je ne tiens plus en place, tout s'emboite-s'emballe, les contrats et conventions, les demandes complémentaires, les mises en place, les repérages, les derniers calages avant démarrage.
Autour de nous, le réseau culturel a froid. C'est vrai, le temps est froid mais pour Les Mille et une Vies, l'arbre à grandi, les fruits son beaux, presque assez mûrs pour être dégustés ; nous allons en faire un corbeille qu'on pourra partager. Il est temps.
Il s'agira pour les mois qui viennent, c'est le pari qu'on veut faire, qu'on profite des beaux jours, même s'ils sont froids pour continuer d'affirmer nos choix  en terme de public, de création, de territoire, de structuration, d'emploi, de développement artistique et culturel...
Dans un morne monde, une année 2007 palpitante en somme.

(photo : hugo et la marionnette qu'il a construite au cours de l'atelier mené dans la classe de Benedicte Stenou, année 2005-06)

Commenter cet article