un racisme ordinaire, pas de taxi à Lille-sud

Publié le par Fabrice Levy-Hadida

Jeudi 15 mars, Dorothée qui revenait des Ateliers d'Hiver de la Mousson d'été à Pont à Mousson devait m'accompagner à Wingles. La première séance de l'Atelier marionnettique hebdomadaire était prévue de longue date. Quand  à 11h elle m'appelle pour me prévenir qu'elle est en panne sur une autoroute Luxembourgeoise, ma première réaction après avoir raccroché est de chercher les bus et trains qui peuvent me mener à bon port à l'heure prévue. Wingles est à seulement 30 Kilomètres de Lille et je découvre que sans voiture, elle semble être à l'autre bout du monde. Je ne trouve rien qui me permettrait d'être à l'heure. Ni bus, ni train. Je commence à m'inquiéter . Je ne veux pas annuler cette première séance. Je cherche encore, bus, train. Changeant les chemins,par Lens ou Bethune, mais au final ne trouve d'autres solutions que celle du taxi. Je téléphone à plusieurs boîte et les tarifs annoncés me font frémir mais, je ne peux annuler cette première séance. Quand à 13h Dorothée me rappelle pour me dire le diagnostic du garagiste, la réparation sera faite dans l'heure mais, malgré cela elle ne pourra être là au moment du départ, ma décision est prise, le taxi me coûtera aussi cher que ce que nous rapportera cette séance mais, je le répète, je ne peux-veux annuler cette première séance. A 14h30, j'appelle une des boites de taxi que j'avais démarchée et je fixe rendez-vous à 16h au bureau, 149 rue de l'arbrisseau à Lille, pour le départ.
A 16h, je suis dehors, des jeunes sont sur le pas de la porte aussi, j'attends le taxi. Les jeunes me raillent en me disant que le taxi ne viendra pas. "Lille-sud, tu crois qu'il se déplace, il a peur de se faire dépouiller, ici on est des chiens..." 16h10 le taxi n'est toujours pas là, j'accepte le troc qu'un des jeunes, Karim, me propose, m'accompagner à Wingles contre un plein d'essence (au final cela me coutera moins cher que la course en taxi !).
Dans la voiture Karim, Mohamed et Mohamed m'accompagnent, nous discutons de ce racisme là ; de celui qui fait que les taxis ne viennent pas lorsqu'on les appelle. De ce racisme qui fait que tous ont du mal a trouver du travail, de celui que fait que Mohamed, travaillant en Interim dans la chaîne du froid, pour la même boite depuis des années ne bénéficie pas des CDI que la boîte propose, pourtant elle en a créée, pourtant il a formé plusieurs des manutentionnaires qui en ont bénéficiés... Nous parlons de ce racisme ordinaire qui pourrit la vie, de ces quartiers qui sont tellement mal perçus que même les taxis ne s'y déplacent pas, de ces jeunes qui essaient de survivre malgré cela...
Grâce à eux, à ces jeunes, par hasard rencontrés sur le pas de la porte du bureau, alors que j'attendais ce taxi qui ne viendra pas, à 16h40 j'étais à Wingles, arrivé à bon port. A 17h je pouvais accueillir les enfants et démarrer cette séance que je ne voulais pas annuler...

Publié dans Point de vue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

metro 28/08/2008 18:30

le probleme est que chez nous a lille c'est simple il manque des taxis et que tout le monde fait pression pour que la mairie n ajoute pas des autorisations de stationnementj ai etudier la question, ajouter des taxi= travaille partager et de meilleur qualité (fidelisation de clientéle)sauf que tout le monde se voile la face!

taxi union 21/08/2008 19:45

pour vous dire que chez taxi union les chauffeurs sont en majorité etrangers. donc si vous nous avez appelé c etait juste du retard. il ne faut pas generaliser a toutes les societes.

duthoit 04/08/2008 17:12

Bonjour,J'ai pu lire votre article sur le taxi qui ne vient pas à Lille sud.. selon vous à cause de problème de racisme.Je tiens à vous rassurer, il ne s'agît probablement pas de racisme, mais tout simplement de manque de fiabilité des taxis.J'utilise moi même très souvent le taxi de la région Lilloise. Ils sont très souvent en retard... Il ne viennent pas (même en plein centre de Lille).  Ils ont une profession qui est difficile, on le conçoit tous, mais ils sont vraiment pas sympas pour la plupart et ils se prennent pour les rois du monde dans leur grosses berline Allemandes.  Vous les entendez ensuite réclamer un gazoil moins cher..hors ils ne paient déjà pas de taxes sur ce carburant..et ils se permettent de rouler comme des fous...Quel belle profession... il est certain que la solution avec votre ami est de loin la meilleure.

Fabrice Levy-Hadida - Cie Les Mille et Une Vies 04/08/2008 17:48


Je dois vous avouer qu'attendant sur le pas de la porte ce satané taxi, je l'avais mauvaise... En ce qui concerne le "mot de racisme", plus que mon point de vue c'est celui de "ces jeunes" que
j'essayais de retranscrire...
Et eux, le racisme, ils disent le rencontrer partout...
Je ne sais pas s'il est vraiment là mais, ce que je peux vous dire, c'est qu'ayant installé nos bureaux dans le quartier Lille-sud en 2005, je me suis rendu compte que la vie, dans le secteur
arbrisseau était plus difficile qu'ailleurs....
Oui, les transports en commun, et services y sont plus rares et, le chomage et les exclusions y sont plus nombreuses...
A vrai dire, si ce quartier n'est pas un Gettho, il y ressemble...
Merci pour vos mots et à bientôt...