théâtre jeunesse à la mousson

Publié le par Dorothée Saint-Maxent

Du 12 au 14 mars, j’étais à Pont-à-Mousson pour participer-représenter La Cie Les Mille et une VIes aux ateliers d’hiver de la Mousson d’été. Ces 3 journées professionnelles étaient organisées par la meec (http://www.meec.org) et l’ONDA
(http://www.onda-international.com).

3 Jours de rencontres et de découvertes autour des écritures théâtrales contemporaines pour la jeunesse.

3 jours au programme fort chargé : ateliers professionnels, le matin ; lectures, rencontres et conférences, l’après-midi ; lectures ou spectacles, le soir et concert pour aborder la nuit…

Le matin, les ateliers étaient dirigés par Jean-Pierre Ryngaert (universitaire) et Joseph Danan (auteur). Nous abordions quelques uns des textes prévus au programme de l'après-midi par le biais "d'exercices" d'écriture,  la dramaturgie, ou le jeu... Nous confrontions aussi nos points de vue sur les textes lus la veille... Bien que trop courte, ces matinées furent riches d'expériences et j'ai le sentiment d'en être sortie grandie...

J’ai parfois regretté le rythme soutenu des après-midi m’obligeant à passer d’une lecture à une autre. Alors qu’un texte résonnait encore en moi, je devais me rendre disponible à l’écoute d’un autre univers…Exercice, je l’avoue, pas toujours simple…

Ceci étant, j’ai évidemment découvert de nombreux textes et auteurs qui pour certains m’ont beaucoup plu comme 5 Clés  de Jean Paul Wenzel ou encore, dans un autre registre, Virgins  de John Retallack (Grande Bretagne) et surtout  Les enfants de Médée  de Suzanne Osten (Suède) qui traite avec beaucoup d’intelligence la question du divorce du point de vue des enfants…

D’autres textes auraient pu me toucher davantage si la lecture qui en était faite avait été moins mise en scène. Je m’explique : j'attends d’une lecture qu’elle me donne à entendre un texte tout en laissant mon imagination travaillée librement et en laissant le champ libre à l’interprétation que je peux  faire des mots… Seulement quelques lectures m’ont fait ce cadeau ! Dans plusieurs autres lectures apparaissait le parti pris non pas de l’auteur mais de celui ou celle qui avait dirigé la lecture et cela parfois au regrettable détriment du texte.

Prenons l’exemple de la lecture dInvasion ! de Jonas Hassen Khemiri (jeune auteur suédois) qui laissait place à une succession de scènes plus grotesques les unes que les autres. Dans ce texte qui nous parle de l’immigration, la caricature est déjà présente dans les mots, dans la forme d’écriture, il me semble donc superflu voire inutile voire insupportable d’y ajouter une interprétation caricaturale. Au final, on passe à côté de l’essence même du texte.

Il y a aussi le cas de Menteur de Gregory Burke (Grande Bretagne) dont le sous-titre est Ce film de lycée est une pièce. Non seulement le texte m’est apparu sans intérêt (ça n’engage que moi !), mais en plus il fût littéralement massacré par la lecture qui en était faite (des lycéens se débattent avec un texte mettant en scène des lycéens et plongent sans détours dans l’auto-caricature, affligeant !).

Je regrette que l’exercice de la lecture n’ait pas été abordé avec plus de simplicité. Et même s’il s’agit d’une volonté de rendre cet exercice dynamique et plus abordable pour l’auditoire, je pense qu’une lecture peut-être simple et dynamique à la fois… Quoi qu’il en soit, ces 3 jours ont réouvert mon appétit de lectrice, ce qui n’est déjà pas si mal !

Au cours de ces 3 jours j’ai aussi été étonnée !

Étonnée d’être la seule représentant une équipe artistique à participer aux ateliers de formation qui se trouvaient donc essentiellement composés de représentants de l’autre côté du métier (programmateurs, conseiller DRAC, chargés de mission,…). Ce qui fit aussi la déception de Brigitte Chaffaut (ONDA) qui avait imaginé ces ateliers professionnels pour que les différents champs de la profession se rencontrent autrement…

Étonnée que la Cie Les Mille et une Vies soit la seule Compagnie professionnelle de la Région Nord-Pas-de-Calais ayant fait le déplacement ! Je ne sais pas pourquoi, je pensais y croiser certains professionnels rencontrés ici où là et qui se disent particulièrement sensibles au théâtre pour la jeunesse et à son écriture contemporaine. Ceux-là, s’ils disent vrai, auraient sans doute fort apprécié ces 3 jours… Au cours d’une discussion avec John Retallack, auteur anglais, ce dernier me fit également part de son étonnement face à l’absence de représentativité d’une structure lilloise qui se consacre pourtant au théâtre pour la jeunesse et avec laquelle il travaille parfois…

Au cours de ces 3 jours, j’ai aussi fait de belles rencontres…

Au cours de ces 3 jours, j’ai aussi découvert Elise Caron dont j’ai adoré le concert Euridyce bis et que j’ai vraiment trouvé très talentueuse…vous pourrez découvri son travail ici

Au cours de ces 3 jours, j’ai aussi eu la chance de voir Face de Cuillère, très beau texte de Lee Hall (Grande Bretagne) interprétée par Romane Bohringer dans une mise en scène de Michel Didym.

Au cours de ces 3 jours, j’ai aussi apprécié le cadre magnifique de l'Abbaye des Prémontrés et les différents espaces qui la composent...

La prochaine Mousson d'été, si cela vous interresse, se déroulera à l'Abbaye des Prémontrés, la dernière semaine d'août...
Pour en savoir plus, http://www.theatre-contemporain.net/-la-mousson-d-ete-2006-

Publié dans Point de vue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article