Chronique du néant, un théâtre pour une marionnette, un trône pour un roi

Publié le par Cie Les Mille et Une Vies

Chronique du néant, un théâtre pour une marionnette, un trône pour un roi

P1060342.JPGVite, vite, je veux ici prendre les mots. Vite, vite ! Avant qu’on me coupe la parole ou qu’un autre, indélicat, coupe les fils du micro, je veux lancer telle une bouteille à la mer, les phrases et m’en aller. Vite, vite ! On est inquiets. Vite vite, dans notre quotidien la place pour la recherche et les rêveries, la place pour la maturation, dans notre quotidien est réduite à néant.

Ne rêvez pas, soyez ! Ne prenez pas le temps d’élaborer votre pensée, d’affiner votre geste, essayez ! Il sera  ensuite assez tôt pour évaluer les effets de votre essai ! Sont-ils à la hauteur de vos ambitions ? Avez-vous obtenu ce que vous désiriez ?  Je veux du temps. Je veux ne pas produire. Je veux errer et divaguer. Je veux ; mais le monde en veut autrement !

Un geste créatif nécessite du temps. Le temps légitimera mon parcours, mes silences  et abstinences autant que le reste. La vitesse et la concurrence ne sont pas de bons outils. Dans notre boite à marionnettes, nous sommes soumis à une pression que je ne veux pas reconnaître. Je ne suis rien qu’un morceau de mousse, je ne suis rien que le désir de création du marionnettiste.

Je ne suis rien, que néant.

Un jour, je serai roi à la place du roi dit Germain Lenain. S’il ne le dit pas, il le pense et le pense tellement fort que je ne peux m’empêcher de vous le répéter. Pourtant, il n’est qu’objet. Pourtant, sans la main qui le manipule, Germain n’est rien. C’est vrai aujourd’hui les leurres sont nombreux et ils ne se vantent pas d’être  objets. Dans votre réalité, nous en voyons des hommes au service d'autres dans l'ombre qui, convoitant le pouvoir avec appêtit, ne représentent qu'eux même.

Pour revenir à Germain, dans notre silence de marionnettes, avec notre regard déssiné, nous le voyons celui que le désir de pouvoir a rendu prêt à tout. Pensez-vous qu’il nous interrogera sur ses actes une fois reconnu ? Pensez-vous qu’il se tournera vers nous avant de prendre une (mauvaise) décision qui nous concerne ? Et bien non, il ne le fera pas.

Alors quand je regarde Germain et que brille l’étincelle du désir dans ses yeux, je me dis que nous avons bien de la chance de n’être que des objets. Il peut faire ce qu'il veut, je le sais, il ne pourra s’emparer de mon souffle. Mais pour vous c’est une autre affaire…

 

Vladimir -le dernier- Grizbatoruc pour la Cie Les Mille et une Vies - Théâtre de Marionnettes Itinérant

Photographie : La marionnette près d'chez vous 2011, un spectateur s'essaie à la manipulation de Vladimir


Commenter cet article