des mots pour le silence, les raisons... et le territoire

Publié le par Cie Les Mille et Une Vies

On était là et puis, silence. Le journal de bord lentement n'a plus été tenu. Ce n'est pas qu'on ne voulait pas, on y pensait mais le temps manquait, manque toujours. D'autres rencontres, d'autres présences, m'empêchaient d'alimenter la chronique. Aujourd'hui je peux vous le dire, ce n'était pas l'unique raison de notre silence. Aujourd'hui je peux vous l'avouer, nous avons rencontré des gens qui nous ont amené à nous taire. Ils a ont utilisé nos mots, se sont appuyés sur eux, pour nous leurrer et nous avons mis du temps à nous remettre.
cr-ation-2009-2010F0232.jpg
Chemin faisant on a aussi passé du temps ailleurs, beaucoup de temps et d'implication qui ne laissaient plus une seconde pour alimenter chronique, tenir journal, vous informer.

Alors on s'est tu, on est resté silencieux.

Qu'est-ce qu'on pouvait faire d'autre. Il nous fallait chosir. On a choisi.
Ici et là nous parvenait un mail, nous demandant de rompre le silence.
Ici ou là , nous parvenaient  des signes.
Dans le monde du net, absorbés par nos opérations et la présence sur les territoires de "l'au plus près" on a creusé le gouffre silencieux dans lequel on est tombé.
On ne parlait plus de loin, cela ne nous empêchait pas de continuer à parler de près.
On se taisait, cela ne nous empêchait pas de courir de ville en ville, de représentation en action artistique, de sensibilisation en réunion de territoire.

Et puis pour ma part, après que la Cie ait adhéré au SYNAVI (Syndicat National des Arts Vivants), j'ai été élu dans ses instances. D'abord adhérent, puis délégué régional membre du Conseil National du groupement d'employeurs ... et avec le temps, d'autres responsabilités s'y sont greffées. Pour quelqu'iun (ma pomme) qui n'avait pas milité autrement que par ses actions, ça s'est fait tard et vite et aujourd'hui ça fait beaucoup.

Castelet Beugin 2010Entre travail de proximité (en 2009, nous sommes passé dans 40 villes, avons touchés plus de 6000 spectateurs, et près d'un millier de personnes ont participé à nos actions artistiques et de sensibilisation) et militantisme, le temps s'est dérobé sous nos pieds.

2010 a recommencé et les objectifs que nous nous fixons sont beaux et lourds. Peut-être sera-t-on plus bavard que ce que nous avons été ces dernniers temps. Peut-être pas. Depuis le silence, le Théâtre de Marionnettes Itinérant est devenu une belle structure dans une sombre époque. Oui, le Théâtre de Marionnettes Itinérant s'est épanoui.

Cette année (2010) notre projet continuera de développer son implantation et sa présence sur les Territoires d'Artois Comm. (62) et du Douaisis (59). De plus, pour ne rien simplifier, en 2010 nous reviendrons sur le territoire national en renouant un partenariat avec le Pôle de la Marionnettes en Essonne (Cie Daru) qui devrait nous accueillir dans le cadre de temps de résidence et de temps diffusion dans "les champs de la marionnette", leur festival. Depuis quelques jours, nous avons démarré un cycle de réunions territoriales  avec 40 communes de l'agglomération Artois Comm.. Dans quelques semaines, autour de l'action que nous menons en partenariat avec le Collège Chatelet et l'IME les Tournesols, nous rencontrerons de nombreux établissements scolaires (7) avec lesquels nous devrions développer notre partenariat.... Alors nous courons, nous courons... et ne reprenons pas haleine et tant que notre équipe (nous sommes 3, + 1 en intermittence) ne sera pas développé (nous devrions être 6 + 2 intermittence), nous prenons le risque de nous arrêter si l'un de nous chute... Mais cela n'arrivera pas, non cela n'arrivera pas... Allez, je retourne au silence et ne vous promet pas le retour d'une chronique régulière. Allez, je m'en retourne à ma proximité et reviendrai un autre jour sur les terres virtuelles.

Fabrice Levy-Hadida
Cie Les Mille et une Vies
Théâtre de Marionnettes Itinérant

 
Image 1 : Mathilde Braure invitée musicale de notre tournée d'été 2009 ( ré-invitée en 2010)
Image 2 : Castelet en l'église de Beugin tournée d'hiver 2009

Commenter cet article