un jour de relâche pour le Théâtre de Marionnettes Itinérant...

Publié le par Cie Les Mille et Une Vies

après le spectaclePour construire un projet tel que le nôtre il faut être jeune et passionné ou être fou... Commençant à ne plus être jeune, je dois être fou. Depuis 1998, date de création de notre structure, j'ai tenté de convaincre de nombreux partenaires instiututionnels. De rendez-vous en réunions, nous avons trouvé ici des appuis, là des portes fermées.  Je n'ai jamais compté les heures passées à constituer des dossiers, à mettre en mots nos projets de proximité, à tenter d'éclairer notre démarche. Je n'ai jamais compté le temps passé sur le terrain, à arpentrer espaces publics et leiux de proximité, à découvrir les bijoux cachés du territoire. De hangars en salles de fêtes, d'espaces verts, en plaines arborées,  nous avons faits ce que nous savions juste. Acharné, je n'ai pas dessérré la prise quand on m'envoyait paître.

Pour construire "la Cie Les Mille et une Vies, Théâtre de marionnettes Itinérant ", il faut de la patience et développer l'art de la conviction. J'ai du l'écrire ici ; le temps travaille pour nous. Il nous donne des éléments d'analyse, il démontre la réalité de nos projets et propositions... Il démontre l'impact de nos actions sur les territoires que nous arpentons ; le plaisir de la population....

Mais le temps travaille aussi contre nous.... L'energie et la folie nécessaires à la construction d'un tel projet, sont denrées rares et à force de patience, l'épuisement prend le dessus.

Automate - l'enfantSurtout à une époque comme la nôtre. Ou les structures de création apparaissent autour d'un projet de création et disparaissent dans la foulée de sa réalisation. Surtout à une époque comme la nôtre où les outils d'évaluation des projets sont absurdes et inadapté..Oui,  surtout à une époque comme la nôtre...

Le temps joue contre nous. Pendant que nous vieillissons, pendant que la fatigue s'insinue, nous perdons chaque jour un peu plus de nos forces. Le public ne nous regénère plus de la même façon. Les visages se confondent et malgré leur rayonnement, la monotonie prend le dessus. Je perds les pédales. Je perds le contrôle. Nous travaillons depuis trop longtemps avec des moyens inférieurs à nos projets et malgré la réalité de notre présence territoriale certains de nos partenaires naturels, font mine de ne pas nous entendre...

Nous ne pouvons nous en satisfaire.... En 2006, nous avons arrêté de travailler sur l'agglomération Lilloise parce que nous avions le sentiment de nous appauvrir, je commence aujourd'hui à me poser des questions sur l'avenir d'une structure telle que la nôtre et malheureusement ne détiens pas les réponses....

Aujourd'hui, dimanche relâché, le corps casé et les idées confuses, après cinq semaines de courses, de montages et démontages, de rires et de plaisirs partagés, je regarde la dernière semaine de notre tournée estivale en territoire de l'Artois arriver et me dis que pour résister aux assauts de l'époque, il nous faudra changer....

 

Fabrice Levy-Hadida - Cie Les Mille et une Vies - Théâtre de Marionnettes Itinérant


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article