revenir du silence et prendre la route.

Publié le par Cie Les Mille et Une Vies

Chapeaux...Quelques mots aujourd'hui et, s'en aller. Vite dire, vite se taire. Peut-être (re)commencer ce journal de bord ; un temps, puis le finir à nouveau... Difficile exercice que d'aiguiser la parole et la sortir du silence. Un silence auquel on s'habitue.

Pendant de longues années j'ai développé au plus près, le projet Mille et une Vies et son Théâtre de Marionnettes Itinéarant. En 2006 autour des actions menées en Maison d'Arrêt on a ouvert ce blog. Et puis en 2008, quand on a voulu développer l'équipe, passer de 2 à 5 ETP (Equivalent Temps Plein), on s'est rendu compte que ceux qu'on rencontrait en entretien, pouvaient s'en servir pour nous servir le plat qu'on voulait manger... Alors, on a décidé de se taire. On le savait, ça ne changerait pas grand chose, beaucoup de choses étaient déjà écrites et faire totalement disparaître nos traces, on ne le voulait pas...Alors lentement on s'est tu...

après le specatcle 2Le silence n'a pas empêché l'action. On a continué de travailler, de sillonner le territoire, j'ai passé beaucoup de temps à défendre le projet, convaincu que j'étais de sa justesse, de présenter nos formes, de créer au plus près, d'inventer des cadres. Aujourd'hui, on a grandi,  et je suis un peu plus fatigué qui'il y a dix ans. J'ai passé la quarantaine avance vers la cinquantaine et je sens le poids des ans  sur mes épaules. Aujourd'hui, après plus de dix années passées à sillonner les routes régionales je me rends compte qu'une grande partie de mon energie s'est envolée et si, face au public et ses remerciements chaleureux, je retrouve un peu de force ; cela n'empêche pas la lassitude de grandir.

Pourtant tout devrait être plus simple... Tout devrait être à l'image de nos rencontres avec le public....

Sur le territoire, face aux publics, nous promenons nos formes et les remerciements sont nombreux. Mais, certaines des questions que j'ai pu poser ici il y a quelques mois, sont toujours sans réponse... Comment réussissons-nous à tenir ? Nous ne tenons pas, nous nous épuisons...

Trop trop et pas assez pas assez ; un jour on vieillit. un jour on a plus le courage, plus l'energie. Raconter, faire rire, interroger .... Pour la première fois vendredi, face aux averses, on a du replier, on s'est plié à la loi du ciel... et un jour, bientôt peut-être, il faudra qu'on se plie à la loi de l'époque aussi...

 

Fabrice Levy-Hadida

pour La Cie Les Mille et une Vies - Théâtre de Marionnettes Itinérant

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article