une mémoire de Théâtre de Marionnettes Itinérant

Publié le par Cie Les Mille et Une Vies

Griz-Oblinghem5Des mots, toujours des mots. Des mots d'un lointain quotidien ; de mots en phrases, de phrases en textes ; des mots qui nous donnent à voir. En ce siècle, en cette époque comment construire une histoire de Théâtre et de vies ? Comment ne pas devenir de simples fabricants de rêves aux ordres de machines à diffuser ? En cette société comment, entre repli territorial et visibilité, construire une histoire qui ne soit pas vaine, pas déjà dite, pas déjà vue, pas… Quelles histoires raconter, comment les choisir, comment raconter. Où raconter ce que nous sommes, ce que nous devenons, comment nous grandissons, comment nous vieillissons, comment nous disparaissons..

Aujourd'hui, alors que notre site doit être reconfiguré, le blog devient le miroir virtuel qui nous donne à voir. Vision parcellaire qui reflète une réalité souvent changeante.

Quand nous avons ouvert cet espace, c’était pour donner à lire les actions que nous menions en les Maisons d’Arrêt de Loos et de Sequedin. Et quand les actions se sont interrompues ce blog à continué de nous raconter. Bon an mal an, il a participé à construire l’image que nous donnions à voir à la communauté humaine. Mais nous avons douté. Nous avions peur de nous répéter ; nous avions peur que les articles donnés à lire ne soient que « redite ». Même s’ils relataient des actions différentes, des lieux étonnants, de la proximité de notre itinérance, ils ne faisaient qu’utiliser nos mots, à l’envie, toujours et encore… Alors, pendant un temps, on a réduit la voilure, on a écrit un peu moins, on s’est un peu moins exposé, on a moins raconté ce que nous faisions au plus près….

Griz-Oblinghem6Aujourd’hui quand je jette un œil sur le rétroviseur, le nombre d’articles, le nombre de pages vues, les accès direct, par moteur de recherche, tout cela est impressionnant. En accès direct ou par le biais de pages liées, paper blog ou flux rss, ces nouveaux outils deviennent de nouvelles scènes où donner à entendre nos projets. Mémoire qui perpétue un geste… Et si les visages de nos lecteurs nous restent inconnus, je dois avouer que tous les spectateurs que nous avons croisé, nous ne les connaissons pas non plus. . Cet été nous avons revu des visages que nous savions avoir déjà vus. Mais nous ne savions où. Il nous a fallu demander… Comment se souvenir de tous les visages de spectateurs, des conditions de chacune des représentations que nous avons données depuis dix ans. Comment se souvenir de tous ces moments si particuliers ?

Le blog devient outil de mémoire. Le blog nous sert ici et là de mémoire, il extirpe l’essence de certains instants et la jette aux vents des réseaux. Quand en 1998, nous avons décidé de créer La Cie Les Mille et une Vies, Théâtre de Marionnettes Itinérant, je le savais, notre projet nous amènerait en partie à sortir des réseaux de diffusion. Il s’agissait avec cette Cie de travailler en cercles excentrique. Un Théâtre itinérant ancré sur un territoire, qui recrée la scène là où il se trouve sans avoir besoin de l’infrastructure d’une structure de diffusion culturelle. Un Théâtre Itinérant qui serait en tournée 4 mois par an. Alors que les scènes fermaient les portes pour leurs congés, que d’autres partaient à la conquête des festivals et autres diffusions, nous partions à la rencontre des publics dans les quartiers et les villages. Un Théâtre itinérant très ancien et très contemporain à la fois qui, depuis 1998, de tournée d’été en tournée d’hiver, a donné plus de 600 représentations et dont ce blog donne à lire une part de ses histoires….

Fabrice Levy-Hadida - Cie Les Mille et une Vies - Théâtre de Marionnettes Itinérant

Commenter cet article